Direction la Rue Yves Saint Laurent, quartier Gueliz pour se rafraîchir dans le superbe jardin Majorelle.

img_2903img_2888img_2891img_2884img_2886

Pour vous y rendre, prendre un taxi en négociant la course pour 40 dhs, ou préférer les calèches que vous trouverez le long du Club Med, Place Djemaa El Fna. Venez flâner dans ce jardin luxuriant posé au beau milieu de la ville rouge. Admirez le bâtiment mauresque à la teinte bleu Majorelle. Autour d’un bassin central ou flottes nénuphars & lotus partez à la découverte d’un méandre d’allées au milieu de cactées, palmiers, bambous, jasmins, bougainvilliers, fougères arborescentes… Ce voyage immobile se fera accompagné d’un fond sonore d’oiseaux et de jarres coloriées de bleu et de jaune vif.

img_1068img_1061img_0992img_1003img_1006img_0988Esquisse du Jardin Majorelle : 

Jacques Majorelle, né en France en 1886, grandi dans un univers artistique, au milieu de dessinateurs, ébénistes, marqueteurs. Après trois années d’études d’architecture il décide de consacrer sa vie à sa passion, la peinture. Il en aura néanmoins une seconde, la botanique. Il découvre l’Egypte en 1910 et tombe sous le charme de sa culture. C’est pour raison de santé, qu’il est démobilisé en 1917 au Maroc à Casablanca. Fuyant l’humidité, il s’installe à Marrakech. Cette ville oasis, avec sa lumière et sa couleur l’envoûte immédiatement et devient son point de départ pour de nombreux voyages. A partir de 1923, il achète plusieurs parcelles et y construit une maison de style mauresque ainsi qu’une villa cubiste. C’est autour de sa demeure que Jacques Majorelle crée un jardin luxuriant qui est son tableau le plus éclatant. C’est ainsi que pendant près de 40 ans, au fur et à mesure de nombreux voyages, l’artiste se transforme en jardinier et enrichi se jardin de nouvelles variétés de plantes venant des cinq continents pour en faire « un jardin impressionniste ». Il utilise de vifs tons primaires, ou domine le bleu outre-mer, cobalt, sur les jarres et les murs des divers bâtiments, qui deviendra le « bleu Majorelle» pour faire ressortir le vert des feuillages. Hélas la beauté de ce jardin demande d’importantes dépenses, c’est ainsi qu’en 1947 le jardin sera ouvert au public. A la fin de sa vie, après avoir dû le morceler à plusieurs reprises, Jacques Majorelle, doit vendre ce qui lui reste de ce jardin qui lui tient pourtant tant à cœur. Le jardin, laissé à l’abandon tombera alors en décrépitude. Yves Saint Laurent et Pierre Bergé découvrent le jardin Majorelle en 1966, au cours de leur premier séjour à Marrakech. Ils sont séduits par cette oasis ouverte au public mais sans personne. Le projet d’une construction d’un complexe hôtelier est alors d’actualité et viendrait remplacer le jardin. C’est en 1980 qu’Yves Saint Laurent et Pierre Bergé sauvent de la destruction le jardin Majorelle et la villa, en devenant propriétaires. Au cours de plusieurs années ils redonnent vie au jardin de Jacques Majorelle et habitent la villa de l’artiste rebaptisée Villa Oasis. Yves Saint Laurent disait : « Depuis de nombreuses années, je trouve dans le jardin Majorelle une source inépuisable d’inspiration et j’ai souvent rêvé à ses couleurs qui sont uniques ».